Parc National du Serengeti

Un million de gnous… Chacun poussé par le même rythme ancestral, remplissant son rôle dans l’inexorable cycle de la vie : une lutte effrénée de trois semaines pour conquérir des territoires et se reproduire ; la survie pour les plus forts alors que les colonnes de plus de 40 kilomètres de long (25 miles) plongent dans les eaux infestés de crocodiles qui freinent leur exode annuel vers le nord ; le renouvellement de l’espèce qui passe par une brève explosion démographique – 8 000 bébés gnous naissent chaque jour – avant que la migration de 1 000 kilomètres (600 miles) ne recommence une fois encore.

Le plus ancien et le plus populaire des parcs tanzaniens, le Serengeti, est fameux pour cette célèbre migration annuelle au cours de laquelle six millions de sabots foulent la plaine, plus de 200 000 zèbres et 300 000 gazelles de Thompson se joignant aux gnous à la recherche de verts pâturages. Même quand la migration est terminée, le Serengeti est, sans aucun doute, l’un des plus beaux endroits que l’on puisse imaginer pour un safari : on y voit d’immenses troupeaux de buffles, des groupes d’éléphants et de girafes, des milliers et des milliers d’élans, de damalisques (« topis »), de bubales coke (« kongonis »), d’impalas et de gazelles de Grant.

Le spectacle de la lutte des prédateurs contre leurs proies est une constante du plus grand des parcs tanzaniens. Les lions aux crinières d’or profitent de l’abondance des ruminants. Des léopards solitaires hantent les forêts d’acacias bordant la rivière Seronera, tandis qu’un grand nombre de guépards rôdent sur les plaines du Sud-Est. Fait exceptionnel, on peut y rencontrer les trois espèces de chacal africain, la hyène tachetée ainsi qu’un grand nombre de prédateurs plus petits, depuis le protèle insectivore jusqu’au superbe serval.

Mais il n’y a pas que les gros mammifères à observer dans le Serengeti. Les éclatants agames et les damans de rochers se battent sur les blocs de granite isolés du parc. Plus de 100 espèces de bousiers ont été enregistrées, ainsi que plus de 500 espèces d’oiseaux, de l’énorme autruche à l’étrange secrétaire en passant par les aigles noirs qui planent sans effort au-dessus des Monts Lobo.

L’impression de liberté procurée par les grands espaces qui caractérisent les plaines du Serengeti, de la savane brûlée par le soleil jusqu’à l’horizon miroitant, est aussi sidérante que le safari lui-même. Et, après les pluies, l’étendue dorée se transforme en un immense tapis vert piqueté de fleurs sauvages. Sans oublier les collines boisées et les termitières, les rivières bordées de ficus et d’acacias teintés d’orange par la poussière. Le Serengeti est peut-être populaire, mais il est si grand que vous serez sans doute le seul à assister à la chasse menée par une troupe de lionnes à la recherche de leur prochain repas !

Informations :

Superficie : 14 763 km 2 (5 700 miles 2).

Localisation : A 335 kilomètres (208 miles) d’Arusha, jusqu’au Kenya vers le Nord et bordant le lac Victoria à l’Ouest.